Marie-Josee Savard lors de son discours officiel d’acceptation, dimanche dernier, aussi qu’elle venait de devenir erronement couronnee nouvelle mairesse de Quebec.

A 20 h 28 et 30 minutes, une musique interrompt Stephane Boyer, candidat a J’ai mairie de Laval. Non, on n’est pas a l’ADISQ. Mais l’information, c’est aussi un show. On retourne en studio. Patrice Roy declare : « Alors ca l’fait, le suspense est termine, mesdames et messieurs, a Quebec, Marie-Josee Savard est la nouvelle mairesse de Quebec, avec une confortable avance pour l’instant… » Les experts nous expliquent nos raisons de cette belle victoire. On voit des images, captees en direct du lieu de rassemblement de M me Savard, c’est l’euphorie. LCN le confirme aussi. C’est regle.

« Qu’est-ce qui possi?de fait la difference, selon vous ?

— Ecoutez, a ce moment-ci, je suis encore tout en emotions… Moi, je dirais l’authenticite, je pense que les individus ont senti que tout ce que je fais depuis dix ans, c’etait sincere, c’etait authentique. Je l’aime, votre ville-la… Pis aujourd’hui, j’suis tres fiere de une telle conclusion-la ! »

Marie-Josee Savard a les joues aussi rouges que sa tunique. Le regard remplis de gratitude. Le plaisir J’ai transporte. On la comprend. Tant d’efforts recompenses. Notre premier ministre Legault lui envoie un tweet de felicitations. C’est la consecration.

Quelques minutes plus tard, c’est le discours officiel. Elle complimente ses rivaux. Et assure la population qu’elle va se mettre au taf, des le lendemain de la prestation de serment. Bon. Notre job est faite. Elle peut maintenant feter. C’est sa fi?te.

Une demi-heure plus tard, Patrice Roy semble quelque peu perplexe : « C’est regle a Quebec, mais regardez le pourcentage, 32,8 % a 31,1 %. » De manii?re que monsieur Marchand evoque : gui?re question de conceder la victoire, moi, j’attends… Est-ce qu’un miracle pourrait se produire ?

Imaginez M me Savard devant sa propre tele. Elle devait etre occupe a decompresser. D’enlever ses souliers. De savourer l’instant. Et voila que la victoire ne parait plus assuree. C’est votre mauvais reve.

A Montreal, Valerie Plante fait le discours www.datingmentor.org/fr/rencontres-desactivees/ d’acceptation. Souriante comme jamais. Cette cherie est un emoji vivant. Retour a Quebec. Le score est de 32,3 % Afin de Savard et 32 % Afin de Marchand. Ca ne fete plus au quartier general d’une mairesse annoncee. Et alors que Roy interviewe M me Plante, Bruno Marchand prend la tete avec 50 voix.

M me Savard aurait-elle festoye trop rapidement ? Patrice Roy a l’elegance de prendre la responsabilite, au nom des medias, de votre couronnement precoce. Notre premier ministre Legault envoie 1 nouveau tweet : « Je pense que j’ai publie trop vite. Je vais patienter les resultats finaux avant de feliciter le ou la gagnant-e a Quebec ! »

Et c’est votre que tout le monde fera. On ne presume plus de rien. On attend que tous les bulletins soient comptes, 1 a un. Deux heures et demie apres l’entree triomphale de Marie-Josee Savard, c’est au tour de Bruno Marchand d’effectuer la sienne. C’est officiellement le nouveau maire de Quebec.

M me Savard n’a gui?re parle, depuis. J’espere qu’elle va beaucoup, malgre bien. Ce qu’elle a vecu est epouvantable.

Perdre, votre n’est nullement facile. Perdre apres avoir cru gagner, c’est cruel. Notre « victoire » de Marie-Josee Savard, c’est le « but » d’Alain Cote d’une politique.

Alain Cote etait certain qu’il venait d’effectuer gagner le equipe, c’etait le moment le plus glorieux de sa carriere, puis l’arbitre Fraser a dit que son but n’etait nullement bon, ainsi, c’est devenu le moment le plus creve-c?ur de sa carriere. Une chose reste sure, pour l’Histoire, votre n’est ni d’une faute de Cote ni de la faute de Savard. Cela et elle n’ont rien a se reprocher. Autant l’un pouvait croire en son but, autant l’autre pouvait croire en sa victoire. Dans un des cas, votre sont les medias qui se sont trompes, dans l’autre, c’est l’arbitre qui s’est trompe, ou Paul Gillis, qui n’aurait gui?re du causer de l’obstruction a toutes les depens du gardien du Canadien.

Tout le Quebec a ete ebranle par la soiree d’elections de dimanche dernier. S’il y a une chose en laquelle nous avions totalement confiance, c’est bien l’annonce, en primeur, d’une gagnante par notre chef d’antenne prefere. Qu’est-il arrive ? C’est le vote par anticipation qui aurait fait en sorte que les reseaux ont en gali?re anticipe le resultat. Notre remontee de Bruno Marchand, lors une derniere semaine, ne pouvait se refleter au sein des boites de scrutin remplies avant cette dernii?re.

Le vrai coupable, c’est la tendance. Manque la tendance du vote : notre tendance a tout vouloir rapidement. Notre plus vite possible. On souhaite savoir le resultat final avant qu’on ait fini de calculer les votes. Marie-Josee Savard fut la victime de notre empressement. On veut tous etre les premiers. Manque juste les candidats qui se presentent. Les salles de nouvelles et leurs auditeurs, aussi.

Et c’est ainsi, en toute chose. Chacune des occupations en vie font partie d’une longue liste qu’on a hate de cocher. L’election a J’ai mairie de Quebec vient de nous rappeler de nous calmer. Tirer sur une fleur ne la fera pas pousser plus vite. Chaque chose en des heures.

On se croit plus fin que le destin. N’oublions gui?re qu’il est en mesure de encore nous surprendre. Si la tendance se retient, l’exactitude se maintient.